Cuisine futuriste.

"Non content donc des immenses victoires picturales, littéraires, artistiques en somme, qu'il accumule depuis vingt ans, le futurisme italien vise aujourd'hui à un renouvellement fondamental : il ose affronter une fois encore l'impopularité avec un programme de renouvellement total de la cuisine." Dans cette Cuisine futuriste, dont le manifeste fut lancé à Turin en 1931 par Marinetti avec son comparse le peintre et écrivain Fillìa, on trouvera comme il se doit à boire et à manger, selon la lecture - gastronomique, poétique, politique ou ludique - qu'on voudra en faire : un recueil de recettes pour repas futuristes, incluant "entredeux" (en italien traidue, autrement dit "sandwichs") et "polyboissons" (polibibite, ou "cocktails") ; un manuel de diététique assorti de très sérieux avis médicaux ; un manifeste politique contre les pâtes (BASTA LA PASTASCIUTTA ! ) jugées néfastes à la grandeur de l'Italie, dans la droite ligne de l'idéologie mussolinienne ; ou encore un témoignage complet sur une tentative de lancement d'une nouvelle forme d'art. 
Pourquoi cette tentative fut-elle un fiasco ? C'est la question à laquelle répondait Nathalie Heinich dans son introduction de 1982 à la première traduction en français de ce texte peu connu. Mais ce manifeste n'a-t-il pas malgré tout irrigué, trois générations après, les dernières tendances de la gastronomie d'avant-garde - la cuisine moléculaire et les créations de grands chefs tels Ferran Adrià, René Redzepi ou Massimo Bottura ? C'est la question qui méritait d'être posée en 2020, dans un avant-propos inédit, à l'occasion de cette nouvelle édition de l'ouvrage.

 

MARINETTI F.T., FILLIA, HEINICH Nathalie (présentation et trad.). Bruxelles. 2020. (14,5 x 21). 192 p., broché.
ref. 22423 - ISBN : 9782874497520 - prix : 18,00 €